Surmonter le décès de ses parents

Lorsque la vie suit son cours normal, les parents décèdent avant leurs enfants. Malgré le naturel de ce cycle, la mort n’est pas pour autant la bienvenue. Et même si vous êtes un adulte indépendant et responsable depuis longtemps, la douleur associée au décès de vos parents n’en est pas moins vive ni moins longue à guérir.

Vous vous sentez orphelin, peu importe votre âge. Au tréfonds de vous vivait toujours cet enfant qui pouvait compter sur son père ou sa mère pour se sentir protégé, et surtout, aimé. Cette certitude disparaît avec leur décès, et ce, de façon définitive.

Vous ressentez une intense tristesse qui durera pendant quelques jours, quelques mois, ou même, quelques années. Tout dépend de votre personnalité, de la relation que vous entreteniez avec vos parents, des circonstances de leur mort et du soutien de votre entourage.

Votre entrée à l’école, votre remise de diplôme, votre départ de la maison, l’arrivée de vos propres enfants : voilà tous des jalons importants de votre vie, franchis au côté de vos parents. Et vous réalisez qu’il n’y en aura pas d’autres. Fini le temps où vous étiez l’enfant de quelqu’un… Une profonde transformation de votre identité s’opère alors et vous en perdez vos repères.

Différentes émotions et situations peuvent alors survenir :

Des rites funéraires à accepter

Être réuni avec sa famille et ses proches dans une salle où se trouve le corps, ou encore les cendres, du défunt facilite le processus de deuil. Voir que nos parents étaient aimés et évoquer des souvenirs aide également. Les rites funéraires aident à prendre conscience de la perte, favorisent l’expression des émotions et permettent de recevoir les témoignages d’amour et de soutien de son entourage.

Un étrange soulagement

Si votre mère ou votre père était souffrant, peut-être ressentez-vous un troublant soulagement après leur décès. Loin d’aller à l’encontre de votre douleur face à cette perte, cette forme d’apaisement représente plutôt une preuve d’amour : vous vous sentez mieux depuis que cet être tant aimé ne souffre plus. Sa mort signe la fin de ses tourments et se révèle donc source d’apaisement pour vous.

Un autre parent duquel prendre soin

Si seul un de vos parents est décédé, la tâche de prendre soin du parent restant vous incombera peut-être. Malgré votre deuil, vous aurez à le prendre en charge dans son quotidien, au point de devenir, en quelque sorte, le parent de votre parent, avec tout le trouble qu’induit une telle situation. Il lui sera possiblement difficile d’accorder l’attention requise à votre peine tant il sera happé par la perte de son compagnon ou de sa compagne de vie.

Des conséquences sur la famille

Le décès de vos parents entraîne aussi inévitablement quelques remaniements de la structure familiale. Ils étaient le ciment de votre clan, et sans eux, la dynamique change. Personne n’est plus forcé de bien s’entendre pour leur faire plaisir. Dès lors, certains se rapprochent, d’autres s’éloignent.

Une mémoire à perpétuer

Dans vos rituels, accordez une place à vos parents disparus. Durant une fête de famille, par exemple, évoquez quelques souvenirs en sa compagnie. Ou encore perpétuez une tradition familiale en cuisinant la recette de tarte aux pommes de votre mère. Dans le quotidien, portez la bague de votre père. De tels gestes peuvent s’avérer apaisants et guérisseurs. À vous de trouver ceux qui vous font du bien.

Lire notre article sur comment aider un proche à surmonter un deuil

0