Tout sur l’embaumement – Mythes et réalités

Thanatopracteur. Comment réagissez-vous à la mention de cette profession ? Êtes-vous intrigué ou plutôt parcouru de frissons ? Peu importe, imaginez que des gens choisissent de travailler avec le corps de défunts est difficile pour plusieurs. Sans doute pensent-ils ce métier plus macabre qu’il ne l’est en réalité.

À la fois artistes et scientifiques, les thanatopracteurs endossent pourtant une tâche bien noble : rendre le dernier souvenir des proches d’une personne décédée agréable. En stérilisant, en préservant et en restaurant le corps du défunt, ils lui redonnent dignité. Au besoin, ils améliorent aussi l’aspect des corps endommagés par une mort traumatique ou la maladie en vue de l’exposition. L’embaumement donne non seulement le temps à la famille du défunt d’organiser un service, mais lui permet aussi d’avoir une visite à cercueil ouvert si elle en a le désir.

Dans cet article, nous démystifierions donc les raisons derrière l’embaumement, les étapes de ce processus et plusieurs mythes entourant cette pratique.

Pourquoi embaume-t-on une dépouille ?

L’embaumement est pratiqué pour désinfecter la dépouille et en assurer la conservation. La désinfection est importante pour les gens qui doivent manipuler les corps et pour éviter la propagation de maladies. La conservation, quant à elle, permet aux proches de voir le corps une dernière fois et de lui rendre hommage. Sans embaumement, les corps ne seraient rapidement plus présentables.

Aussi, la préparation ou la restauration du corps insuffle un aspect plus vivant à la dépouille pour les derniers adieux. Et pour les gens ayant souffert en fin de vie, ce processus leur redonne leur dignité. Cela confère ainsi à la famille un sentiment de paix très important.

Comment se déroule un embaumement ?

1. Préparation

D’abord, la dépouille est déposée sur une table d’embaumement et ses vêtements lui sont retirés. Ensuite, un inventaire précis de tous les bijoux est dressé, et ils sont retirés pour l’embaumement en vue d’être remis sur la dépouille par la suite.

Puis, le thanatopracteur nettoie la surface de la dépouille et place le corps dans une position convenable en s’assurant de soulager la rigidité cadavérique par le fléchissement, le pliage et le massage des bras et des jambes.

2. Procédé d’embaumement

La première étape du procédé d’embaumement même consiste à retirer le sang du corps et à le remplacer par un liquide à base de formol. Pour se faire, une petite incision est pratiquée à la hauteur de la clavicule droite, là où passent les vaisseaux majeurs, soit la veine jugulaire et l’artère carotide.

Dans la carotide est inséré un petit tube pour injecter le fluide à base de formol remplaçant le sang dans le système circulatoire et dans la veine jugulaire, un tube de drainage pour drainer le sang.

3. Lavage

À cette étape, le thanatopracteur lave et aseptise le corps. Il nettoie aussi les ongles et lave les cheveux (si
cela n’a pas été fait avant l’embaumement). De plus, il effectue le rasage et même un massage du visage afin d’enlever l’expression de douleur ou de tension qui s’incruste parfois dans les traits du défunt.

4. Habillage et mise en cercueil

Par la suite suivront la coiffure, le maquillage, l’habillement et la mise en cercueil. En utilisant les vêtements fournis par la famille, le thanatopracteur habille le corps, pour ensuite passer aux retouches esthétiques du visage et des mains. L’application de produits cosmétiques permet alors de redonner une apparence naturelle à la dépouille. Le corps est par la suite déposé dans le cercueil où est apporté tout ajustement nécessaire aux vêtements, aux cheveux, aux produits cosmétiques ainsi qu’à l’intérieur du cercueil.

En moyenne, la préparation d’un corps nécessite deux heures. Toutefois, dans des cas extrêmes où le corps aurait besoin d’une importante restauration, le processus peut durer jusqu’à même 10 heures.

Embaumement : mythes et réalité

Maintenant que vous connaissez l’utilité et le processus de l’embaumement, il est temps de démystifier certaines fausses croyances à propos de cette pratique :

Lors d’un embaumement, les organes sont retirés : MYTHE

La loi interdit de retirer les organes. Ils auront toutefois pu être retirés avant l’embaumement s’il y a eu autopsie, don d’organes ou ablation chirurgicale.

Les yeux et la bouche sont cousus lors d’un embaumement : MYTHE

De nos jours, un adhésif est appliqué localement pour fixer la bouche et les paupières.

Si la dépouille n’est pas embaumée, les proches ne peuvent pas la voir : MYTHE

Il n’est pas obligatoire d’embaumer une dépouille afin que les proches puissent la voir. Par contre, s’il n’y a pas d’embaumement, selon la loi, les rituels ne doivent pas commencer plus tard que 18 heures après le décès. De plus, la dépouille doit être inhumée ou incinérée au plus tard 24 heures après le décès.

Si le décès est survenu lors d’un accident, les proches ne peuvent pas voir la dépouille : MYTHE

Si le décès est survenu lors d’un accident qui a endommagé le corps, le thanatologue devra évaluer la possibilité de restaurer le corps. S’il juge cela possible, il pourra effectuer des traitements de restauration sur la dépouille afin de lui redonner une apparence familière.

Exposer une dépouille ne sert à rien : MYTHE

Selon plusieurs études, l’exposition de la dépouille permet aux proches de progresser plus facilement et plus sainement dans leur deuil.

En conclusion, rappelez-vous toujours que les thanatopracteurs sont des artisans du dernier souvenir. Leur considération première est toujours les membres de la famille, les proches. Leur but est de les aider à faire leur deuil et à livrer leurs derniers adieux avec sérénité.

0