COVID-19 : Cliquez ici pour en savoir davantage sur les mesures prises par notre établissement +

819 565-1155

info@steveelkas.com
7 jours sur 7 | 24h sur 24

Funérailles civiles ou religieuses, quelles différences?

15 / 12 / 2020

On ne le dira jamais assez : il est important de faire vos arrangements préalables et d’informer vos proches de vos dernières volontés. Profitez de moments de qualité avec vos proches pour leur en faire part. Ils pourront ainsi mieux comprendre ce qui motive vos choix. Don d’organes, enterrement, crémation, exposition, sont des éléments faisant partie de vos dernières volontés pour lesquels vous devrez faire un choix.

Un aspect non négligeable sont les funérailles elles-mêmes. Souhaitez-vous un service civile ou plutôt des funérailles religieuses? Le présent article met en lumière les différences entre ces deux types de cérémonies. Les funérailles sont une étape importante du deuil et il incombera à vos proches d’honorer votre mémoire et de s’assurer que vos funérailles sont le reflet de vos souhaits.

 

 

Cérémonies religieuses

Bien que seulement 15 % de la population se disent pratiquants, 50 % des cérémonies funéraires sont des services religieux. Messes, bénédiction, lecture de textes bibliques, encensement, chaque religion a ses rites et coutumes pour rendre hommage au défunt. Les quelques lignes qui suivent présentent quelques-uns des principaux aspects des cérémonies pratiquées mais n’est pas exhaustive.

 

Funérailles catholiques

 

Lors de la cérémonie, l’Église intercède au nom du défunt qu’elle recommande à Dieu et demande le pardon des péchés. Les lectures des écritures saintes rappelleront la foi chrétienne en la vie ressuscitée. Avant la cérémonie, le prêtre et la famille du défunt choisiront les lectures et les chants qui ponctueront la messe. Les funérailles catholiques sont plus flexibles que par le passé et laissent plus de latitude à l’expression des dernières volontés du défunt.

 

Funérailles protestantes

 

Dans la religion protestante, le défunt est entre les mains de Dieu. Son sort ne dépend donc pas des prières des hommes. Le service funèbre vise exclusivement la consolation des vivants et non le pardon des péchés du défunt.

 

Funérailles orthodoxes

 

La religion orthodoxe célèbre différents services à la mémoire des défunts. La mort y est considérée comme un passage obligé menant à la plénitude de l’être. Le prêtre est présent dès la mise en bière afin d’encenser le corps, de le bénir et de demander à Dieu d’accorder au défunt le pardon de ses fautes.

 

 

Funérailles musulmanes

 

Dans la religion musulmane, on pratique deux types de cérémonies : directement au cimetière ou en passant d’abord par la mosquée[1]. L’Imam[2] récite une prière de courte durée qui, contrairement aux prières habituelles, n’est accompagnée d’aucune prosternation ni inclination. Elle est scandée de l’exclamation Allah Akbar (Dieu est le plus grand), répétée quatre fois, et comporte une invocation en faveur du défunt, des vivants et des morts.

 

Funérailles juives

 

L’expression hébraïque qui désigne le service funèbre signifie « acceptation de la volonté divine ». Le service n’a pas lieu à la synagogue[3], mais dans l’enceinte du cimetière et est généralement présidé par un rabbin[4]. Une fois le cercueil descendu dans la tombe, les proches y jettent trois pelletées de terre. Un membre de la famille récite le Kaddish, une prière à la gloire de Dieu. Le Kaddish sera récité à chaque année en l’honneur du défunt, à la date anniversaire de sa mort.

 

Funérailles bouddhistes

 

Dans la religion bouddhiste, la période de deuil et de prières à la mémoire du défunt dure généralement 49 jours. Les rituels sont très différents selon les différentes écoles de pensée, les cultures et les traditions de chaque pays. Durant la crémation, on formule des souhaits et on récite des prières pour que la conscience du défunt s’en aille dans la bonne direction. La coutume est généralement de conserver les cendres à proximité d’une pagode[5] ou d’un monastère[6].

 

Funérailles civiles

 

Les funérailles civiles, comme leur nom l’indiquent, ne comportent pas d’aspect religieux. Elles laissent aux familles la liberté d’exprimer leur hommage au défunt comme il leur plait ou, bien entendu, selon ses dernières volontés. Rappelons toutefois que des funérailles civiles requirent les mêmes démarches administratives que les funérailles religieuses, comme par exemple, l’émission de l’acte de décès.

 

Les cérémonies civiles se déroulent généralement au même endroit que celui de l’enterrement ou de la crémation, au funérarium[7], au crématorium[8] ou encore au cimetière. La famille peut faire appel à un célébrant laïc[9] pour conduire la cérémonie. Le corps du défunt peut y être exposé. Il peut aussi s’agir d’une commémoration avec urne.

 

Cette cérémonie ne comporte pas de restriction ou de limite de durée. Lectures de poèmes, diffusion de vos musiques préférées, c’est le moment de laisser libre cours à votre imagination afin de donner à vos proches l’opportunité de vous rendre un dernier hommage.

 

Toutes ces cérémonies, qu’elles soient religieuses ou civiles, sont faites dans le plus profond respect du défunt. Faites appels à nos conseillers pour vos préarrangements ou encore pour l’organisation de funérailles de l’être cher. Ils sauront vous guider à chacune des étapes.

[1] Lieu de culte où se rassemblent les musulmans pour la prière.

[2] Fonctionnaire laïque qui dirige la prière dans une mosquée.

[3] Lieu de culte où se rassemblent les juifs pour la prière.

[4] Chef religieux d’une communauté juive, qui préside au culte.

[5] Temple des pays d’Extrême-Orient.

[6] Établissement où vivent des religieux appartenant à un ordre.

[7] Établissement qui reçoit le corps des personnes décédées, et où se réunissent les proches avant les obsèques.

[8] Lieu où l’on incinère les morts, dans un cimetière.

[9] Un laïc est celui qui ne relève pas du clergé religieux ni d’un des ordres monastiques dans la société chrétienne. Il fait partie du laïcat.